Rapprochement ?

Je reviens à Bondy, pour quelques jours, histoire de me ressourcer et de préparer sereinement les partiels. En rentrant chez moi, mes parents regardaient la rediffusion du débat entre Ségolène Royal et François Bayrou qui a eu lieu hier midi dans un grand hôtel parisien. Pour ma part, je l’avais suivi sur RMC et au bout d’une heure et demie, j’ai eu une bonne impression de la discussion entre notre candidate et le président de l’UDF.

François Bayrou, devant une image de Ségolène Royal (www.lemonde.fr)

Peut-on parler d’un rapprochement pour autant ? Officiellement, Royal et Bayrou ont été clairs : pas de ralliement de l’un envers l’autre. Toutefois, je ne peux qu’apprécier cet échange entre deux personnalités majeures de notre vie politique à un moment-clé de la campagne présidentielle. Et à les écouter, je ne peux que constater qu’il existe beaucoup plus de convergences que de divergences entre les deux personnalités.

J’ai pas mal critiqué l’UDF dans le passé. Toutefois, il y a des sujets dans lesquels je me reconnais avec le parti centriste : l’Europe, l’Etat impartial, les institutions, je dirais même que sur le plan économique certains points seraient à discuter. C’est en cela que le rapprochement UDF-PS – enfin, si il existe – pourrait se faire. Durant ce débat, Ségolène Royal et François Bayrou ont affiché une seule et même ambition : rénover notre vie démocratique tout en étant ouvert au dialogue. Dès lors, je me dis que le grand perdant de ce débat, c’est tout simplement Nicolas Sarkozy qui ose prétendre qu’il est le porte-parole du peuple. Tiens ! je ne savais pas que Neuilly sur Seine, c’était toute la France !

On a besoin d’un pays rassemblé et non divisé, opposé entre ceux qui profiteraient de leur réussite et ceux condamnés à leur échecs. Bayrou et Royal l’ont compris et ont évolué en ce sens tout au long de ce débat. Bien sur, une telle initiative peut faire grincer des dents notamment à la gauche de la gauche. Néanmoins, notre pays est à la croisée des chemins et en tant que citoyens nous devons prendre une décision capitale : pouvons-nous prendre le risque d’avoir un pays divisé, replié sur lui-même et plus ou moins belliqueux ou bien, voulons-nous construire une société apaisée, où chacun a un rôle à jouer et dans lequel, la concertation joue un rôle fondamental ?

C’est en cela que je fais confiance à la force de conviction et d’intuition de Ségolène Royal parce qu’elle a le souci de vouloir rassembler autour d’elle et pour ce faire, elle est prête au dialogue. Si certains d’entre vous montreront leur scepticisme, je vous rappellerais simplement qu’au second tour, il s’agit de rassembler au-delà de son camp.

En tout cas, Ségolène Royal fait preuve d’ouverture dans le but de l’intérêt général. Et dans ce but, que je lui fais confiance et que je serais prêt à mon tour de dialoguer avec les centristes. D’ailleurs, c’est ce que je fais depuis longtemps n’est-ce pas Bénédicte ? (RIRES)

PS : pour ceux qui auraient raté le débat, vous pouvez le suivre ici. Bonne lecture !

2 réflexions sur “Rapprochement ?

  1. Je te trouve un peu simpliste dans ton analyse Gilles. La droite méchante et la gauche gentille!!!! Vous n’avez pas le monopole du cour mon cher!

    • Rien à voir, Christophe. Je tiens à te rappeler également que Nicolas Sarkozy a rejeté tout dialogue avec Bayrou. De fait, il ne fait de montrer un peu plus son mépris à l’égard des autres partis. Ca promet pour la suite !

Les commentaires sont fermés.