Un coup de pouce inattendu

Valérie Trierweiler, compagne de François Hollande, président de la République

C’était l’info politique d’hier matin. Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, a annoncé via Twitter son soutien à Olivier Falorni, candidat socialiste dissident dans la première circonscription de Charente-Maritime, face à Ségolène Royal.

Il faut rappeler que l’ancienne candidate à la présidentielle de 2007 se trouve dans une situation compliquée. Certes, elle est arrivée en tête du premier tour des législatives en obtenant près de 33% des voix face à son concurrent qui est arrivé second avec 29% des suffrages. Toutefois, et malgré la règle de désistement républicain qui prévaut à gauche et qui veut que le candidat le mieux placé retire sa candidature, l’ancien premier secrétaire de la Fédération de Charente-Maritime (exclu depuis du Parti socialiste) a décidé de maintenir.

Depuis, Olivier Falorni a reçu le soutien de Dominique Bussereau, actuel président UMP du département de Charente-Maritime (qui appelle clairement à voter pour lui) et donc plus surprenant de Valérie Trierweiler, la femme du président de la République. Un soutien quelque peu étrange et véritablement à contre-pied à l’heure où l’ensemble du Parti socialiste ainsi que des autres formations politiques de gauche (au niveau local) appellent à soutenir la candidature de Ségolène Royal et qui ne peut être compris que la volonté d’agir de manière malveillante envers une femme que l’on considère encore et toujours comme une rivale sur le plan personnel et intime.

Olivier Falorni, candidat socialiste dissident dans la première circonscription de Charente-Maritime, actuellement exclu du Parti socialiste

Le tweet de Valérie Trierweiler n’aura pas manqué de faire réagir bon nombre de personnes qui considèrent son geste comme incompréhensible pour ne pas déplacée, sans compter que cela jette un trouble sur la légitimité de la première dame de France à s’immiscer dans un combat électoral, certes local mais symboliquement important dans le cadre de ces élections législatives. Aussi, certains s’interrogent et s’inquiètent sur d’éventuelles conséquences immédiates, notamment sur le plan politique où l’UMP ne manquera sans doute pas l’occasion de tacler davantage Ségolène Royal, espérant se servir de la rivalité entre cette dernière et Trielweiler à des fins politiques.

Toujours est-il que si le tweet en question ne cesse de remuer des vagues et pointe encore un peu plus l’inimité qui existe bel et bien entre les deux femmes, il n’en demeure pas moins que la journaliste-première dame a rendu un formidable service à sa rivale et donc, par effet contraire, embêté Falorni, plus qu’elle ne l’a servi. En effet, en écrivant un tweet de la sorte, Valérie Trierweiler a réussi l’exploit d’attirer l’attention non pas sur le candidat dissident mais bel et bien sur Ségolène Royal qui fait l’objet d’attaques plus ou moins acerbes, pour ne pas carrément violentes de la part de la droite charentaise. Elle y gagne même en crédibilité et en légitimité dans la mesure où largement soutenue par l’ensemble des socialistes, Ségolène Royal passe finalement pour une victime face à un Olivier Falorni prêt à tout pour la faire chuter et prendre sa revanche.

Ce qui explique sans doute l’attitude de Ségolène Royal qui a tout intérêt à paraitre comme étant la victime plutôt que l’agresseur. Cela était déjà le cas avec le soutien mesquin de Bussereau et cela est encore plus évident avec le tweet de Valérie Trierweiler qui ne rend absolument pas service à Olivier Falorni, contrairement à ce qu’on pourrait croire, le dissident socialiste en premier (même si évident, il prétendra le contraire)

Car en cas de victoire in fine de Falorni, ce dernier sait qu’au fond il devra sa victoire non pas à sa campagne mais plutôt à une vengeance orchestrée par ceux qui voulaient en finir avec Ségolène Royal. C’est du moins l’idée qu’on retiendra du second tour si un tel scénario devait se produire. Pas sur que cela soit profitable à l’ancien premier secrétaire de la fédération de Charente-Maritime qui aura un déficit de légitimité même s’il aura reçu l’onction du suffrage universel.

Finalement, Ségolène peut bel et bien dire merci à sa meilleure ennemie, Valérie, pour ce coup de pouce inattendu !

2 réflexions sur “Un coup de pouce inattendu

    • L’article en lui-même ? C’est votre droit de le penser ! Mais personnellement, je ne vois pas d’autres explications !😉

Les commentaires sont fermés.