Quand les bloggeurs investissent le Conseil de l’Union

Agora du Conseil de l’Union européenne, le 26 juillet dernier à Bruxelles (Belgique)

Le 26 juillet dernier, la présidence chypriote a invité des bloggeurs au siège du Conseil de l’Union à Bruxelles.

Ne pouvant pas me déplacer dans la capitale belge, c’est ma collègue Estelle Delaine pour le blog « Le Café de l’Europe » qui s’y est rendue. Une rencontre somme toute intéressante, si j’en crois son compte-rendu, et qui marque la volonté de la présidence chypriote du Conseil de l’Union européenne à impliquer davantage la blogosphère comme relais entre l’UE et les citoyens européens.

C’est la première fois qu’une telle initiative est lancée et proposée par un Etat-membre assurant la présidence tournante du Conseil de l’Union, signe que la blogosphère est un espace virtuel de plus en plus considéré et les bloggeurs perçus comme des acteurs citoyens à part entière. L’objectif souligné par la présidence chypriote et le secrétariat du Conseil de l’UE est simple et claire : rendre ces nouveaux moyens de communication encore plus efficace et réduire le fossé qui existe encore entre les citoyens et l’UE (le fameux déficit démocratique !) Comme l’a si bien souligné un participant lors de cette rencontre, l’Union reste encore distante des peuples même si dans le temps, Internet est là pour corriger cette tendance. Dès lors, l’implication et le rôle des bloggeurs deviennent de plus en plus évident et essentiel afin de faire vivre le débat à l’échelle de l’UE.

A ce titre, plusieurs ateliers furent organisés afin de s’interroger sur la façon d’améliorer la communication entre l’UE et les citoyens dans le cadre des nouveaux outils que sont les réseaux sociaux et le blog. Des échanges non exhaustifs mais qui n’en demeurent pas moins essentiels pour la suite.

Car c’est toute l’ambition de la présidence chypriote, mettre en place une plate-forme européenne de blogs afin de favoriser l’interaction entre l’UE et les citoyens. En clair, la blogosphère devient un espace interactif devant permettre aux citoyens d’être informés mais également de prendre part aux débats, notamment sur un plan national comme local. De ce fait, les questions relatives aux politiques européennes doivent pouvoir être débattues entre citoyens européens et venir directement à eux, ce qui suppose une meilleure communication et une meilleure interaction. L’enjeu est énorme pour une Union européenne qui a bien du mal à véritablement maitriser l’Internet 2.0 et qui communique toujours avec des outils du XX° siècle (les rapports, communiqués, conférence de presse…) au lieu de rentrer de plein pied dans le XXI° siècle.

Si l’initiative de la présidence chypriote a rassemblé un nombre limité de bloggeurs (nombre d’entre eux vivent à Bruxelles) en raison de la période estivale, il n’en demeure pas moins qu’elle reste très innovante et audacieuse. Comme j’ai souvent l’habitude de le dire, l’Union ne peut se faire sans les citoyens, une implication de ceux-ci étant une condition sine qua none pour légitimer la construction européenne. Toutefois, cela suppose l’existence et l’implication de relais citoyens étant là non pas pour faire du prosélytisme mais tout simplement pour susciter, provoquer le débat. Internet 2.0 est à ce titre, un moyen formidable notamment en raison d’une nouvelle génération – la mienne – beaucoup plus familière avec cet outil car ayant grandi avec lui. La présidence chypriote l’a bien compris et considère que c’est avec cet outil que l’on peut donner un nouveau souffle à la démocratie au sein de l’UE, notamment en mettant en avant de nouveaux outils et de nouveaux relais, et tout particulièrement la blogosphère.

PS : pour suivre la présidence chypriote, consultez le blog ou bien encore le compte Twitter sans oublier le site officiel, http://www.cy2012.eu/fr