Comment finir 2008 ?

Comment finir 2008 ?

Grande question pour le bloggeur que je suis.

En 2006, j’avais fait un abécédaire particulier et en 2007, j’avais dédié mon article à Ségolène Royal. Mais pour 2008, je ne sais pas trop faire, ni écrire.

Hé oui, comment finir 2008, année où le capitalisme et le libéralisme a subitement montré ses limites, faute de régulation et de réglementation nécessaire, année où les banques sont tombées les unes après les autres, année où nos chers dirigeants ont redécouvert les bienfaits du keynésianisme, pourtant honni par ces derniers ?

Comment finir 2008, année qui n’a que confirmer que ce que les militants de gauche et autres démocrates savaient depuis le 6 mai 2007 ? Un président de la République qui confond l’intérêt général avec son propre intérêt, un président qui nous déclare sans retenue que les caisses sont vides et qu’il n’y peut rien, preuve de son impuissance, un président qui a tant promis et qui déçoit tant ?

Comment finir 2008, année où ce même président nous joue les agités comme un coucou sortant de son horloge pour mieux masquer son impuissance ? En effet, le G 20, l’implication de l’UE dans la crise géorgienne sont des initiatives que l’on peut certes saluer mais qui n’ont qu’au final accouché d’une souris ! D’une bien maigre souris ! Je pense notamment aux Georgiens qui se retrouvent dans un territoire qui a perdu 20% de sa superficie, face à des Russes plus stratégiques que jamais. Quant au G20, Sarkozy voulait bâtir un nouveau Bretton Woods : on en est loin !

Enfin, comment finir 2008, année où notre classe politique s’est montrée plus médiocre que jamais ? Une UMP de plus en plus arrogante et intolérante, un PS qui n’en finit de régler ses comptes entre camarades, un Modem dont on se demande à quoi il peut être utile et des extrêmes qui préparent lentement mais sûrement leur retour… 2008, également, l’année où notre constitution a pris une teinture sarkozyste, où France Télévisions est (re)devenue l’ORTF (ou « Sarkotélévisions » c’est selon !), année où le pouvoir se montre de plus en plus arrogant et dangereux pour l’équilibre de notre pays.

Alors voilà ! Comment finir 2008 ? Sur une note d’optimiste ? Non pas vraiment ! Mais sur une note de pessimisme ? Surement pas ! Disons qu’on a connu mieux et pour 2009, je dirais « Wait and see ».

Des vœux ? Non pas en particulier hormis le classique : « Bonne année et bonne santé » et une petite vidéo que j’ai faite qu’il y a deux semaines à Bruxelles, élections européennes de juin obligent ! Mais je ne vous en dit pas plus, la suite… demain ! En attendant, je vous mets en ligne une vidéo satirique de notre cher Sarkoléon « bling – bling » national, fidèle à lui-même !

A l’année prochaine !

Gilles


Edito n°13

C’est le retour de l’édito après un mois et demi d’interruption pour cause de vacances estivales ! C’est d’ailleurs l’occasion pour moi de revenir en mode « normal »

Comme vous l’aurez constaté, je n’ai pas chômé durant cette période notamment en vous proposant cette nouvelle rubrique « Histoires belges ». Ainsi, vous avez pu voir quelques aspects de la Belgique notamment à travers de la crise politique qui l’agite depuis plusieurs mois, un pays finalement complexe.

Ce pays aux multiples cultures, je vais aller m’y installer durant un an. En effet, à compter du 1er septembre, jour de la Saint Gilles, je pars vivre un an dans la capitale de la Belgique mais aussi de l’Union Européenne. A cette occasion, j’ouvrirai un autre blog dans lequel vous pourrez suivre mes aventures dans ce pays de dix millions d’âmes à peine plus grand que la région Rhône-Alpes et Ile de France réunis mais tellement curieux. Et si à travers ce blog, je compte vous raconter mon séjour en Belgique, l’Europe ne sera pas oubliée pour autant bien au contraire (notamment à travers le stage que j’effectuerai au premier semestre 2009)

Ainsi et pour vous donner un avant-goût de ce futur blog, voici en avant-première la bannière de celle-ci sur laquelle vous pourrez cliquer à partir du 1er septembre.


Bien évidemment mon blog actuel continuera de fonctionner et je serai toujours à l’affût de l’actualité politique sans langue de bois mais avec une de vipère ! (RIRES). En ce jour anniversaire – hé oui, cela fait deux ans que je suis hébergé par Over-blog – j’en profite pour faire un petit bilan comptable avec à ce jour 556 articles rédigés, 422 commentaires, 43 830 visites et 201 145 pages vues. Ces chiffres ne sont pas exorbitants en soi mais peu importe ! L’essentiel, c’est ce que j’écrive sur ce blog par plaisir et les mots d’encouragements ou de sympathie d’autres bloggeurs ou de personnes que je connais me vont droit au cœur, ce qui rend le plaisir d’entretenir ce site encore plus simple.

Alors, rendez-vous lundi prochain pour le début de mes aventures belgo-européennes et merci de votre fidélité et de vos commentaires pour ceux qui suivent ce blog.

Edito n°12

Dernier édito pour cause de coupure estivale ! Mais je dois vous dire que j’ai voulu me faire plaisir ce coup-ci !

Comme vous l’avez remarqué, le blog a fait peau neuve ! Fini le rose pastel qui vous donnait la nausée et qui ne valorisait plus le blog. Désormais, place aux couleurs sombres mais dans une interface parfaite et belle comme tout (merci Over-blog !)

Et qui dit peau neuve, qui forcément changements et modifications : désormais, une seule colonne au lieu de deux pour retrouver toutes les rubriques (c’est plus simple !), de nouvelles fonctionnalités, une interface plus agréable et plus lisible ! Actuellement, je fais encore quelques réglages mais d’ici quelques jours, cela sera déjà de l’histoire ancienne !

J’en profite également pour vous annoncer que je passerai à compter du 14 juillet en mode Vacances. Je vous proposerai, comme l’année dernière, mes carnets d’été. Pour cette fois, il ne s’agit pas de faire le tour du monde mais de revenir avec vous sur les évènements de mai 1968, chose que je n’ai pu faire au printemps dernier, devoirs, partiels et mémoire oblige. J’en profiterai également pour vous présenter quelques articles sur mon futur pays d’accueil, la Belgique et ce à travers plusieurs aspects à la politique mais aussi culturels (je pense notamment à la Bande dessinée). Cette nouvelle rubrique servira de lien entre mon blog et un autre que j’ouvrirai en septembre prochain et dans lequel, vous pourrez suivre mes moindres faits et gestes lors de mon année ERASMUS et stage à Bruxelles, la capitale européenne.

D’ici là, bonne lecture sur Actupol et n’hésitez pas à faire part de vos remarques et critiques !

Gilles

Edito n°11

Onzième et avant-dernier édito avant la coupure estivale !

Une fois n’est pas coutume, je vais parler musique.

Vous devez être au courant, il y a quelques semaines, le groupe français « Justice » avait mis en ligne son nouveau clip « Stress ». Un clip sans ambiguïté montrant des jeunes de banlieue faire de la violence gratuite et sans impunité !

A ce titre, nombre d’associations se sont insurgés contre le clip qui selon eux caricaturait la banlieue et desservait son image au lieu de la rehausser ! Faux répondent les réalisateurs du clip qui considèrent qu’il faut pousser la caricature jusqu’au bout afin de la dénoncer justement.

A titre personnel, j’avoue ne pas quoi penser de ce clip. A première vue, on a encore une caricature de la banlieue avec des jeunes qui sont considérés comme de véritables sauvageons, ce qui réduit encore une fois la banlieue à une caricature qu’elle ne mérite pas ! Néanmoins, le clip de Justice mérite d’exister d’autant plus qu’il crée le débat !

Aussi, en guise d’édito, je vous mets en ligne le clip sulfureux afin que vous fassiez votre opinion ! N’hésitez pas à déposer votre commentaire, votre avis m’intéresse !

Bonne lecture vidéo !

Gilles


Edito n°10

Bonne nouvelle ! J’ai fini de rédiger mon mémoire et je vais bientôt rentrer à Bondy, même je dois quand même redescendre à Grenoble pour soutenir mes travaux (en espérant que je n’aurai pas également à retourner dans la capitale des Alpes, pour des rattrapages ! enfin, prions !)

Aussi, je peux tranquillement revenir sur mon blog et de tel qu’un édito pour se mettre en selle.

Hier, Jacques Chirac a présenté sa fondation pour l’environnement et le développement durable au musée du Quai Branly à Paris. Initiative charmante pour quelqu’un qui, en juin 1995, avait décidé de faire de nouveaux essais nucléaires alors que François Mitterrand s’était engagé à ne plus en réaliser trois ans auparavant. Bon, entre-temps, notre Jacquot s’est assagi et il faut lui laisser le bénéfice du doute. Qui plus est, je pense qu’il y a tout de même une certaine sincérité dans l’initiative de l’ancien chef de l’Etat d’autant plus que, dans le cadre du développement durable et du bien être de l’humanité, le dialogue des cultures a de son importance. C’est néanmoins dommage qu’il n’ait pas pensé à inviter des personnalités de gauche lors de l’inauguration de sa fondation !

Toujours est-il que, pendant ce temps, les Français vivent de plus en plus mal et je n’exagère pas en disant cela. Pour s’en convaincre, j’ai vu un numéro de « 66 minutes », l’émission d’information de M6 qui est une réussite au passage ! Il y a quelques jours, on diffusait un reportage sur les nouveaux pauvres : des gens qui ont un emploi (souvent un CDI) ou des pensions de retraite et propres sur eux mais qui faute de moyens suffisants pour boucler les fins de mois sont contraints à se serrer la ceinture jusqu’à l’asphyxie, voire à faire les poubelles des supermarchés pour trouver des denrées comestibles ! Il va sans dire que ce reportage m’a bien énervé. En effet, comment est-il possible de dire que tout va bien en France, alors que dans le même temps, des gens en viennent jusqu’à faire les poubelles pour pouvoir vivre tout simplement ? Mais dans quel pays sommes-nous ? Un pays développé ? Non mais c’est une blague j’espère !

On se fout de la gueule des gens car dans le même temps, on nous dit que le chômage poursuit une décrue spectaculaire (alors que la baisse du nombre de demandeurs d’emplois n’est que la conséquence du départ des baby-boomers à la retraite) et que la croissance repart. Alors soit j’ai raté un épisode, soit, on m’aurait menti (à l’insu de mon plein gré comme dirait l’autre !) Dès lors, il n’y a pas de quoi pavoiser notamment de part de la majorité et de ceux qui l’ont rejoint. Les Bockel, Besson et Cie sont bien encore les seuls à croire aux bienfaits de la méthode Sarkozy, comme on croirait à la méthode Coué ! Enfin, bref…

Au prochain édito !

Gilles

PS : je vous laisse avec une vidéo extraite de l’émission « 66 minutes » présentée par Aïda Thouari – très mignonne au passage, vous ne trouvez pas ? (RIRES) – et qui évoque cette France des nouveaux pauvres. Veuillez m’excuser pour la qualité de la vidéo d’autant plus que je n’ai pas trouvé mieux et que je me serais bien passé de l’inscription que vous allez voir !


Edito n°9

Neuvième édito. Et j’ai toujours autant de boulot ! Faut dire qu’il me reste tout juste, trois semaines pour rédiger mon mémoire. Bon, j’ai bien avancé et je suis dans le temps imparti ! Mais bon, c’est un enfer car j’ai au moins une centaine de pages à rédiger !

Donc, je vais une fois de plus me mettre en retrait de mon blog ! Cela m’agace un peu d’autant plus que j’aurais bien aimé remplir ma rubrique sur Mai 1968 (« L’esprit de mai ») mais cela sera doute pour plus tard ! Chaque chose en son temps et à chaque sujet, sa priorité !

Malgré tout, j’avais bien envie de rédiger cet édito, notamment pour vous parler brièvement du 60ème anniversaire de la création de l’Etat d’Israël. Là aussi, j’aurai bien aimé vous en toucher un mot mais je manque de temps, mémoire oblige ! Néanmoins, j’ai trouvé qu’on n’a pas assez parlé des Palestiniens qui, ne l’oublions pas, restent concernés en premier chef par la création d’Israël.  Est-ce que 60 ans après la naissance d’une nouvelle nation, la communauté internationale consentira enfin à rendre possible et viable la création d’un Etat palestinien ? Vaste programme !

Vaste programme également la course à la succession de François Hollande au sein de mon parti. Certains s’en inquiètent, d’autres s’en réjouissent et d’autres s’en foutent ! Toujours est-il que s’il y a compétition, elle doit se faire dans les règles et dans le respect des personnes. Le PS et ses 160 000 militants méritent mieux !

Sinon, du côté de la majorité, j’ai lu un excellant article de L’Express de la semaine du 15 au 21 mai consacré à la guerre secrète que se livre François Fillon et Nicolas Sarkozy. Apparemment, il y a de l’eau dans le gaz et la guerre de succession a également commencé au sein de l’exécutif et de l’UMP. Le président de la République fait jouer la concurrence en disant à Brice Hortefeux de se tenir prêt et en multipliant les gestes d’attention envers son ministre préféré, Xavier Bertrand. Bref, cela aurait pu être drôle si dans le même temps, l’exécutif réalisait des résultats concrets et que la majorité ne tendait pas de passer en force le fameux texte de loi sur les OGM alors qu’il a été rejeté par la même Assemblée nationale, il y a une semaine !

Bref, sur ce je termine cet édito ! Et je replonge en enfer ! Enfin, l’enfin du mémoire ! (RIRES)

Au prochain édito !

Gilles

PS : je vous laisse avec ce clip satirique sur Sarkozy ! Comme quoi, les insultes, cela donne des idées ! (RIRES)



Edito n°8

Daniel Cohn-Bendit, un des meneurs de mai 68 en face des forces de l'ordre à la Sorbonne.

En mai, fais ce qu’il te plaît, comme on a l’habitude de dire !

Ben, il faut dire que je ne peux pas faire grand-chose malheureusement ! Je suis actuellement en partiels même si je bénéficie de larges plages de révisions en raison des ponts du 1er et du 8. Aussi, je ne serai pas tellement présent sur ce blog même si je tâcherais d’écrire un peu en vous proposant une nouvelle rubrique à l’occasion des quarante ans de mai 68.

S’intitulant « L’Esprit de mai », il s’agira moins de retracer les évènements qui ont secoué la France à la fin des années 1960 mais plutôt de voir ce qu’il reste de cette période en ce début du XXI° siècle. Une analyse plutôt personnelle qui tentera de traiter plusieurs aspects et enjeu des évènements de mai, en espérant que j’aurai le temps et la périodicité nécessaires pour tenir cette rubrique !

Toujours est-il que, même si examens me prennent un temps fou, je suis toujours autant l’actualité et je compte bien la commenter « avec une langue socialiste et une langue de vipère ! » (RIRES). Mais, bon, comme le temps, c’est de l’énergie à bien conserver…

Aussi, je vous laisse en ce 1er mai, synonyme de Fête du travail en vous souhaitant un bon repos. La fête du Travail reste un moment important puisque synonyme avant tout de lutte syndicale ! A ne pas oublier lorsque ces temps-ci, les chantages à l’embauche se multiplient dans l’entreprise !

Au prochain édito !

Edito n°7

Aimé Césaire (1913 - 2008)

Septième édito

Au tout départ, je voulais évoquer dans cet édito, le décès d’Aimé Césaire, ce grand poète et homme politique français. Mais je me suis rendu compte que quelques lignes ne suffiraient pas pour rendre hommage à cet intellectuel hors pair. Aussi, je vais profiter de mon dimanche pour lui consacrer un article entier.

Toujours est-il que je n’ai pas de devoirs et de boulot ces temps-ci. Non, non, ce n’est pas une excuse bidon pour ne rien faire et mettre à jour mon blog mais les partiels arrivent de façon imminente et il faut bien les préparer. Qui plus est, après quelques jours de pause, il est temps de commencer la rédaction de mon mémoire. A ce propos, j’ai deux entretiens prévus à Paris dont avec… non, je préfère vous faire la surprise mais promis je vous en reparlerai le week-end prochain.

Pendant ce temps, la politique continue, pourrait-on dire : en effet, les députés de la majorité ne se semblent plus avoir peur et commencent à s’interroger sur la méthode Sarkozy au point même que certains, comme Georges Tron, n’hésitent pas à exprimer leur déception. Sarkozy cuit pour 2012 ? Alors qu’il y a un an, on dirait que la France venait de s’engager pour dix ans de sarkozysme, voilà qu’une bande d’ambitieux et souvent proche du monarque affiche ses ambitions : Nathalie Kosciusko-Morizet ou bien encore Xavier Bertrand qui doit penser à Matignon tous les matins en se rasant. Jean-François Copé doit également penser à son avenir politique tous les matins mais à l’Elysée. En effet, le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale s’imagine un destin national. Destin national que s’imagine également un revenant de la politique, Alain Juppé, qui se voit bien Président de la République dans quatre ans si Nicolas Sarkozy ne se représentait pas. Bref, pendant que le chat n’est pas là, les souris dansent et certaines s’imaginent à leur tour calife à la place du calife.

Cette agitation des députés de la majorité montre que la droite sarkozyste patine et que le doute s’installe de plus en plus dans son camp. Alors pour conjurer le sort, l’UMP a bien tenté de faire diversion en exploitant sans scrupules, les déboires judiciaires de Ségolène Royal, mais force est de constater que la mayonnaise n’a pas pris pour la simple raison que les Français que nous sommes attendons des réponses concrètes et non plus un millefeuilles de promesses.

Des réponses concrètes, la gauche doit en apporter également et même si selon un récent sondage, Ségolène Royal retrouve grâce aux yeux des Français par rapport à Nicolas Sarkozy, il reste évident que cela ne suffira pas. La rénovation doit se poursuivre et le PS doit être au plus près des attentes de nos concitoyens. 2012 est encore loin mais en même temps, le temps nous est compté. Aussi, s’il est évident qu’une nouvelle personnalité soit mise à la tête du parti, celle-ci ne peut se faire l’économie d’un projet, projet qui doit être pensé bien avant l’échéance du congrès de novembre et non après. Dès lors, pour que le congrès des 7, 8 et 9 novembre prochain soit le plus utile possible, il faut qu’il soit au préalable suffisamment et sérieusement préparé. A ce titre, Ségolène Royal s’est lancée dans l’initiative en ouvrant un site dédié à la préparation du congrès. Reste alors à savoir ce qu’elle en fera dans quelques mois.

Au prochain édito !

Gilles

PS : pour finir, je vous laisse avec deux parodies des Guignols. La première date de juin 2005 mais me semble finalement toujours d’actualité. La seconde date du lundi dernier et est un clin d’œil malicieux à mon ami Benoît, qui aura droit, à un droit de réponse de ma part sur son blog à propos d’une critique que j’ai faite vis-à-vis des centristes.


Edito n°6

Sixième édito.

Si les municipales sont désormais loin, j’ai toujours autant de boulot. Qui plus est, je dois préparer l’avenir puisque je pars un an à Bruxelles dans le cadre de mon année à l’étranger prévue dans mon cursus à Sciences Po.

Malgré tout, je vis toujours autant l’actualité au quotidien. D’ailleurs, je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais je sens toujours la hausse des prix notamment sur les produits de première nécessité : tout augmente sauf les salaires, dirait-on de façon démagogique ! Mais point de démagogie, car c’est bien une réalité malheureusement.

En parcourant la presse, j’ai appris que la France a envoyé une mission humanitaire en Colombie pour être au plus près d’Ingrid Bétancourt et – qui sait – la faire libérer des FARC. On est engagé dans une véritable course contre la montre et il s’agit d’être efficace. Espérons que cette mission sera utile et dénuée de toute volonté de récupération politique.

Il est vrai que notre cher président ne dirait pas non quant à une récupération politique, histoire de mieux redorer sa personnalité et son image. Une image qui ne cesse de s’écorner mois par mois. En tout cas, côté illusion, il aura fait plus fort que David Copperfield : on nous a promis la rupture et l’entrée de la France dans le XXI° siècle ? Finalement, on est revenu dans les années Giscard, c’est tellement mieux !

Au prochain édito !

Gilles

PS : comme je vois que mon édito est court et sans véritable intérêt, je compense en vous mettant une vidéo des Inconnus que vous apprécierez j’espère !


Edito n°5

Ces jours derniers, la campagne des municipales et des cantonales m’ont pris un temps fou et je n’ai pas pu me consacrer entièrement à mon blog. Les élections étant terminées, je peux enfin livrer mon cinquième édito.

Reparlons des municipales justement. Les choses sont désormais claires : « pris au piège » selon L’Express, le président de la République doit tirer les conclusions du vote du 16 mars dernier – qui a vu la gauche remporter 40 villes de plus de 100 000 habitants – et assumer ses dires. En effet, il faudrait rappeler au chef de l’Etat que c’est bien lui qui voulait en janvier dernier « politiser le scrutin » des municipales. Vœu respecté puisque nos concitoyens lui ont rappelé, entre autres, ses promesses sur le pouvoir d’achat (pardon ! L’augmentation du pouvoir d’achat). Résultat des courses, si on ne peut pas tout à fait parler de désaveu, il est en revanche, indéniable qu’il s’agit bel et bien d’un avertissement. Dès lors, force est de constater que le style « bling-bling » et « m’as-tu vu » de Nicolas Sarkozy a fini par lasser dans un contexte où les difficultés de nos compatriotes n’en finissent pas de plomber le quotidien de ces derniers.

Toutefois, force est de constater que Nicolas Sarkozy s’est tiré une balle dans le pied en prononçant à l’envie le mot « rupture » ! C’est sans doute un mot alléchant en période de campagne présidentielle, mais c’est une véritable publicité mensongère une fois l’élection passée. Dix mois après, on attend toujours la rupture et si le président de la République veut finalement changer, il risque bien de se chiraquiser et adopter des mesures qui ressembleront à des réformettes au mieux, à de l’immobilisme au pire !

Le rapport Attali en est l’exemple même. En février dernier, il préconisait la libéralisation de la licence des taxis. Que font les chauffeurs ? Ils menacent de mener des opérations « coup de poing ». Que fait le gouvernement Fillon qui promettait tant de ne pas céder dans l’intérêt des réformes ? Elle enterre la proposition Attali pour mieux rassurer son électorat !

Il est de même pour la Françafrique, et là c’est plus grave. Jean-Marie Bockel, alors secrétaire d’Etat chargé de la coopération et de la Francophonie avait demandé que Nicolas Sarkozy signe l’acte de décès de celle-ci, conformément à sa promesse présidentielle. Réponse du chef de l’Etat : Bockel devient secrétaire d’Etat… aux Anciens combattants sous les hourras du président de la République du Gabon qui s’est satisfait de ce remaniement. Si Nicolas Sarkozy n’a pas les c******* pour changer véritablement de cap à propos des relations franco-africaines, cela montre tout simplement que son discours reste tout simplement du vent et que la France se contente d’être un pays suiveur.

Dix mois après l’élection de Nicolas Sarkozy, il devient désormais clair que le président de la République n’a pas la carrure d’un chef d’Etat. Certains diront que j’exagère et qu’il y a encore pas mal de choses à faire en quatre ans. Mais à quoi sert un bon stratège si on devient après un président médiocre ? La France mérite mieux que cela, bien mieux !

Aussi, la victoire de mon parti, dimanche dernier, doit permettre à ce dernier de poursuivre son renouvellement politique et idéologique. D’ailleurs, je ne peux que me réjouir de l’attitude adoptée par les responsables du PS, il y a une semaine. Une attitude sereine mais non arrogante ou triomphaliste. C’était l’une des conditions pour ne pas reproduire l’erreur de 2004. L’attitude modeste des ténors du parti montre que tout reste encore à faire au sein de la gauche afin que celle-ci unie, puisse être au rendez-vous de 2012.

Et elle y sera.